Cahier des Charges

Cahier des charges pour les expositions de photographies

 

I. PRÉAMBULE

1. Objectifs

L'établissement des conditions à observer pour le prêt à des expositions temporaires obéit à trois impératifs :

- rappeler à chacun de ceux qui interviennent dans le processus du prêt, que les photographies sont les plus fragiles des ¤uvres graphiques ;

- réduire à chaque étape de ce processus les risques de dégradation immédiate ou à terme, entraînés par la manipulation et l'exposition d'une photographie ;

- permettre à chaque établissement de mieux asseoir les décisions qu'il aura à prendre, et qui résultent d'un équilibre délicat entre les obligations de la communication et celles de la conservation à long terme.

Les recommandations suivantes qui s'inspirent des procédures et des normes habituellement en vigueur dans les musées et les bibliothèques s'adressent à tous les types d'institution.

2. Enjeu

Il s'agit de préserver au maximum le potentiel historique, artistique et documentaire d'images que leur support et leur texture rendent très vulnérables : à priori la couche sensible de chacune d'entre elles est altérable dans un délai plus ou moins long ; autrement dit, chaque document se trouve à des stades divers d'une évolution qui conduit de l'image en bon état à l'image détériorée.

Le respect rigoureux de règles parfois contraignantes augmente de façon considérable les chances de survie chimique et mécanique de ces épreuves, et leur conservation dans une forme aussi proche que possible de leur condition initiale.

3.Limites

Les règles énoncées concernent les expositions temporaires et s'appliquent à la photographie patrimoniale.

La connaissance des risques encourus par une épreuve sortant du milieu dans lequel elle est habituellement conservée, conduit à réduire la durée et la fréquence du prêt. Une exposition permanente ou d'une durée excessive n'est pas envisageable.

Entre dans la catégorie de la photographie patrimoniale toute épreuve ayant une valeur culturelle en raison de sa facture et de sa représentation (ou de l'un ou l'autre de ces éléments), et qu'une copie, en cas de perte ou de détérioration ne saurait remplacer dans la collection.

 

II. CLAUSES GÉNÉRALES

1. La programmation

Les incidences de l'exposition sur la conservation doivent être prises en compte par un programme qui permet de définir les objectifs à atteindre et les moyens des divers partenaires. Les tâches de chacun d'entre eux doivent être clairement définies pour toutes les phases de l'exposition.

a) L'organisation

Elle définit les limites de responsabilité de tous les intervenants : concepteur, techniciens, architecte, restaurateur... Tous doivent veiller à ce que les photographies sélectionnées ne seront endommagées ni dans les phases préliminaires ou finales (déplacement, manipulation, montage, encadrement, transport...) ni lors de toute la durée de l'exposition et pendant les réceptions et les tournages de films et de vidéos.

Un budget spécifique pour la conservation est parfois nécessaire (examen, traitement des ¤uvres instables, protection, mesures de contrôle...)

b) Le lieu

L'étude du lieu retenu pour l'exposition doit permettre d'évaluer les risques éventuels encourus par les ¤uvres afin d'y remédier.

Ces risques peuvent être d'ordre physico-chimique, toucher à la sécurité, à la maintenance, aux activités parallèles éventuelles ou au mode d'utilisation des locaux.

 

c) La durée

Elle doit prendre en compte le temps total de déplacement des ¤uvres hors du lieu de conservation, préparation et retour compris.

Définir une durée possible d'exposition exige un examen préalable individuel de chaque cas, prenant en compte l'étude des paramètres relatifs au lieu et aux photographies concernées.

Les exigences quant aux conditions techniques de l'exposition seront également modulées en fonction du temps d'exposition prévu.

d) La sélection

Le choix des oeuvres est toujours justifié par un propos, mais l'intégrité de celles-là prime sur tout autre impératif. Au cas où une pièce demandée ne peut être prêtée, des solutions de rechange sont envisageables : substitution d'une épreuve équivalente ou d'une excellente copie. On peut de même limiter la durée de l'exposition de certaines oeuvres en proposant une rotation.

2. La préparation des ¤uvres

a) Le protocole de prêt

Les conditions requises pour l'emprunt doivent être spécifiées par un texte à valeur contractuelle, donnant les règles générales émanant de l'institution prêteuse et engageant la responsabilité des emprunteurs.

L'acceptation de la demande de prêt doit être subordonnée à l'examen d'un questionnaire technique portant sur les conditions d'exposition (Les conditions d'exposition, page 6).

b) Les constats d'état

Une inspection visuelle doit être effectuée avant et après chaque mouvement des ¤uvres et les annotations consignées dans un dossier.

Le constat d'état a un double objectif :

-déterminer si une image est exposable et transportable ;

-permettre de contrôler les effets éventuels de l'exposition dans le temps.

Il doit comporter des indications sur l'identité de la photographie, son descriptif technique, son degré de fragilité et son état de conservation (altérations de surface, physiques, chimiques ou biologiques ainsi que sur les restaurations antérieures éventuelles). La nature de son montage ou de l'encadrement doit être décrite.

Une localisation par zones des altérations est facilitée par un schéma et une photographie de l'¤uvre.

 

c) Les mesures de contrôle

L'¤il est un bon instrument pour comparer des ¤uvres mais il s'avère peu fiable pour estimer l'évolution dans le temps de la densité optique ou de la couleur des images.

En complément du contrôle visuel des altérations, il est recommandé de pouvoir suivre l'évolution de la densité des photographies fragiles ou à risque, avant et après l'exposition, avec un densitomètre.

d) La reproduction

Il est important que les pièces prêtées non encore reproduites photographiquement le soient avant leur départ. La qualité du duplicata doit-être optimale tant au niveau de la reproduction que dans les étapes du développement.

e) La protection avant l'exposition

Elle consiste surtout à stabiliser les images sur le plan physique et à limiter les manipulations et les agressions de l'environnement, grâce à des systèmes de montage, d'encadrement et de présentation adéquats. Les matériaux doivent être de bonne qualité et la conception des systèmes de protection doit procurer une isolation efficace contre les sources d'altération des matériaux photographiques. Les travaux d'encadrement doivent être effectués dans des conditions thermohygrométriques voisines de celles de l'exposition. Les oeuvres doivent être encadrées dans l'institution prêteuse ou sous son contrôle. L'absence de service compétent sur le lieu d'exposition doit être prise en compte dans la décision et l'organisation du prêt. Une fois encadrées, les oeuvres prêtées ne devront jamais être démontées sauf avec le consentement de l'institution prêteuse.

3. Le transport et les manipulations

Toutes les conditions concernant le stockage, l'emballage et le transport des pièces sont à observer aussi bien à l'aller qu'au retour.

a) Les aires de stockage

Les pièces empruntées ne feront l'objet d'aucune manipulation susceptible d'en modifier l'état de quelque manière que ce soit ; seules des personnes qualifiées pourront effectuer les manipulations nécessaires.

Tout incident ou accident survenu au cours des opérations d'emballage ou de transport, ayant eu pour résultat d'endommager une pièce prêtée, sera signalé immédiatement à l'organisme prêteur. Aucune intervention ayant pour objet de réparer le dégât ne pourra avoir lieu sans l'autorisation du prêteur. L'emprunteur prendra en attendant toute disposition conservatoire utile.

Le stockage des pièces, avant emballage ou après déballage, dans la période précédant ou suivant l'exposition, doit être fait dans des locaux dévolus à ce seul usage (au moins pendant la durée du prêt), protégés contre les écarts importants d'humidité et de température, et offrant toutes les garanties de sécurité contre les risques habituels (dispositif anti-effraction, absence d'arrivée d'eau, défense de fumer, boire et manger, etc.)

Les pièces que leur fragilité ou leur rareté distinguent des autres devront être mises sous clé dans un coffre.

L'inspection des pièces prêtées doit être faite par l'emprunteur, lors du déballage, 24 heures après leur arrivée sur les lieux (temps d'acclimatation) et dans les 24 heures qui suivent ce délai.

b) L'emballage

Les pièces prêtées doivent faire l'objet d'un emballage qui les préserve des chocs, de la poussière et des intempéries. Les vitres des cadres seront couvertes d'un ruban adhésif de façon à éviter qu'un morceau de verre, en cas de bris, n'endommage l'épreuve. Les cadres seront rangés dans des caisses à glissière ou isolés par des mousses en polyéthylène ou des plastiques à bulle. En cas de transport sur de longues distances, les caisses devront être hermétiques et contenir un produit qui régulera l'humidité. Les matériaux pulvérulents, se désagrégeant ou émettant des vapeurs nocives, seront bannis.

L'établissement prêteur procédera au pointage des pièces au moment de la fermeture des caisses et s'opposera à leur départ si l'emballage lui semble inadéquat.

Le réemballage devra se faire avec les mêmes matériaux et de la même façon que l'emballage. Seules des personnes qualifiées de l'établissement emprunteur (ou un transporteur agréé, spécialisé dans les ¤uvres d'art) pourront procéder à cette opération.

Dans le cas d'un déplacement assuré par l'emprunteur lui-même, ce dernier devra prévoir un emballage approprié (cartonnage, mousse, couvertures, sangles).

c) La prise en charge

Les pièces prêtées ne peuvent quitter l'établissement plus de 15 jours avant l'inauguration de l'exposition. Elles devront y revenir dans les 15 jours suivant la fermeture de l'exposition.

La prise en charge des pièces par l'emprunteur ne peut avoir lieu sans la présentation préalable du certificat d'assurance contre tout risque de clou à clou (la police prenant effet à la date de sortie des pièces de l'établissement prêteur jusqu'à la date de leur retour).

d) Le transport

Le transport doit emprunter l'itinéraire le plus direct et le plus rapide possible. Le mode retenu est celui qui offre le maximum de sûreté quant à la sécurité, au chargement et au transbordement des ¤uvres. En cas de transport par la route, l'emploi d'un véhicule équipé spécialement pour ce genre de déplacement est exigé ainsi que la présence d'un convoyeur ; un extincteur sera placé à bord.

À l'arrêt, quelle que soit la durée du stationnement, le véhicule doit faire l'objet d'une surveillance permanente.

Le recours à une entreprise spécialisée sera de règle pour toutes les expositions présentées dans des pays dont l'accès est soumis à des formalités douanières : outre l'emballage et le transport, l'entreprise se chargera de ces formalités. Il en sera de même pour les expositions ayant lieu ailleurs que dans ces pays, y compris en France, si la nature et la valeur des pièces prêtées le nécessitent. L'établissement prêteur se réserve le droit de ne pas accepter le transporteur proposé par l'emprunteur et d'en conseiller un autre.

Les pièces de caractère exceptionnel pourront être distraites de l'ensemble et faire l'objet d'envois séparés pour des raisons de sécurité.

e) Le convoiement

Si la nature ou l'importance du prêt l'exige, l'établissement prêteur pourra demander qu'une ou plusieurs personnes de son choix accompagnent l'envoi et veillent à la mise en place sur le lieu d'exposition des pièces particulièrement fragiles ou précieuses. Lors du convoiement aller, ces convoyeurs seront autorisés à reprendre les pièces si les conditions de sécurité et de conservation leur semblent insuffisantes.

4. Le lieu d'exposition

a) Les matériaux

Les peintures sont souvent à l'origine des altérations des ¤uvres. On attendra donc le séchage complet des peintures, et on assurera la ventilation des salles avant d'y introduire les ¤uvres. Il faudra écarter les peintures glycérophtaliques et leur préférer les peintures acryliques. Il faudra aussi se préoccuper de la nature des solvants organiques présents dans les produits d'entretien, les colles et les vernis car certains d'entre eux sont nocifs.

b) Le mobilier

Il est préférable d'éviter la présence de bois (massif, aggloméré, contreplaqué) en contact direct ou à proximité des épreuves. L'acier inoxydable, l'aluminium, le métal recouvert d'une peinture thermodurcissable, le verre, le plexiglass, le carton permanent sont des matériaux éprouvés.

c) La sécurité des ¤uvres

Le lieu d'exposition devra répondre aux normes et consignes de sécurité destinées à assurer la protection du personnel, des visiteurs et des oeuvres et comprendre en particulier des dispositifs de protection contre le vol, le vandalisme, les attentats et l'incendie.

5) Les conditions d'exposition

a) Les systèmes de présentation

Les photographies encadrées ne doivent jamais être désencadrées ni manipulées sans accord du responsable. Aucun produit de nettoyage favorisant la pénétration d'humidité dans le cadre ne doit être utilisé.

Leur emplacement sur les murs ou les panneaux doit-être éloigné des sources de chaleur ou de froid.

Dans le cas d'une présentation en vitrine, l'étanchéité doit être assurée, le climat contrôlé et, au besoin, garanti par l'emploi de matériaux stabilisant l'humidité relative et piégeant les émanations nocives.

b) Le climat

Une humidité relative aux environs de 40% et une température n'excédant pas 21°C sont recommandées. Ces conditions doivent être aussi stables que possible, les fluctuations ne devant pas dépasser 10% HR et 4°C.

c) La lumière

L'éclairage des expositions doit être maîtrisé, aussi préfère-t-on souvent les éclairages artificiels aux éclairages naturels trop sujets à des variations. Trois paramètres sont à contrôler :

-la quantité de radiations ultra-violettes doit être inférieure à 75 microWatts par lumen ;

-l'intensité de l'éclairage doit être adaptée à la fragilité des ¤uvres (50 à 150 lux) ;

-la durée d'exposition doit être limitée dans le temps.

On peut moduler la durée d'exposition et l'intensité d'éclairement en veillant à respecter une dose totale d'éclairement. Cette dose totale d'éclairement (DTE) est obtenue en multipliant la valeur de l'éclairement (lux) par la durée d'exposition (heures), elle s'exprime en lux.heures (lx.h). Les DTE selon les procédés sont reportées dans le tableau suivant.

Par exemple 12000 lux.heures représentent 240 heures d'exposition sous un éclairement de 50 lux, soit environ un mois (une journée équivalant à dix heures d'exposition et une semaine équivalant à 6 jours).

On gardera présente à l'esprit la question de l'éclairement dans toutes les phases du montage et du démontage de l'exposition en prenant soin de protéger systématiquement les oeuvres des rayons lumineux.

 

d) Les équipements

On devra veiller à l'état des conditions thermohygrométriques ambiantes en relevant régulièrement le niveau hygrométrique et la température à des endroits représentatifs des conditions générales au moyen d'un thermohygromètre enregistreur, régulièrement étalonné.

L'éclairement est mesuré à l'aide d'un luxmètre et la quantité de rayons ultraviolets à

Déontologie

Cahier des charges

Formation de base

Formation continue

Stages

Recherche

Kiosque

Retour accueil

Le Cahier des charges existe aussi en :

Englais

Italien

Espagnol

Envoi par e-mail.

 

catégorie

type d'image

eclairement conseillé

DTE limite annuelle

catégorie 1: documents particulièrement sensibles

procédés argentiques historiques couleurs à développement chromogène épreuve dye-transfer

 

50 lux 1

 

2000 lx.h

catégorie 2: documents assez sensibles

Ilfochrome classic épreuve noir et blanc sur papier RC

 

75 lux

 

42000 lx.h

catégorie 3: documents sensibles

épreuve noir et blanc sur papier baryté

tirage pigmentaire (couleurs ou noir et blanc)

daguerréotypes non colorés

procédés photomécaniques

 

 

150 ux

 

 

84000 lx.h

l'aide d'un UVmètre.

e) Le suivi et la maintenance de l'exposition

Ils consistent en une inspection régulière des ¤uvres, un contrôle et un relevé des appareils de mesure ainsi que la limitation des sources éventuelles d'altération dues à la communication (vidéo, télévision ou film) ou à la présence du public.

f) Le retour des ¤uvres

Les oeuvres sont convoyées en suivant les prescriptions énumérées précédemment (Le transport et les manipulations, p.5).

À leur réception, on s'assurera de leur état par une inspection visuelle et des mesures de contrôle (Les mesures de contrôle et Les constats d'état, p. 4).

 

III. CLAUSES PARTICULIERES

1. Restauration préalable

Il est utile de classer les photographies en trois catégories correspondant à leur fragilité intrinsèque (Les conditions d'exposition, p. 6) ainsi qu'à leur état de conservation: bon, moyen ou mauvais. Ces évaluations permettent de mesurer les risques liés à l'exposition.

Ainsi, une photographie en mauvais état ne devrait pas être exposée sans une restauration préalable.

2. La demande de protection spécifique

a) Les albums

Le prêt d'albums ne peut être consenti qu'exceptionnellement.

On entend par album tout ensemble de photographies, avec ou sans pages de texte, monté en sorte qu'on ne puisse en distraire une feuille sans détacher la planche de son onglet ou sans casser la reliure.

L'éventualité d'un détachement est à rejeter absolument (fragilisation de l'album, risque de non réinsertion de la pièce extraite).

Au cas où le prêt s'impose, l'album, ouvert à l'image désirée, doit être présenté au moyen d'un dispositif qui assure une visibilité sans porter atteinte à l'intégrité du document (vitrine et support ou emboîtage spécial garantissant la stabilité ainsi que les conditions thermohygrométriques et évitant une fatigue de la reliure). Le changement de page en cours d'exposition doit faire l'objet d'un accord explicite dans le protocole de prêt.

b) Les grands formats

Lorsque les tirages de grands formats ne possèdent pas de protection de surface, il doit être envisagé de les installer dans un lieu permettant l'implantation d'un espace de sécurité autour de l'¤uvre afin d'assurer sa protection physique. Des conditions spécifiques seront prises lors des manipulations et de l'accrochage.

c) Les négatifs

Les négatifs ne sont pas à l'origine destinés à être exposés. Ils sont de nature très diverse, souvent fragiles physiquement (cas des plaques de verre) ou instables chimiquement (cas des supports souples). Il convient donc d'étudier chaque cas particulier pour proposer un système adéquat de présentation des images.

d) Les daguerréotypes et les objets sous écrins

La présentation des images sous écrins nécessite une attention particulière quant à la stabilisation mécanique de ces objets assemblées avec des matériaux divers. Dans tous les cas, il faudra s'assurer que les cadres ou les écrins non étanches soient remontés de façon hermétique avant l'exposition pour assurer pleinement leur fonction de protection. Dans ce groupe, les daguerréotypes sont les plus fragiles et ceux dont les propriétés optiques limitent le plus les conditions d'observation. Une source correcte d'illumination doit permettre une bonne vision de l'image en positif et ne pas dégager de chaleur, cette dernière endommageant l'amalgame argent-mercure. Lorsque les plaques sont coloriées, il faut les ranger dans la catégorie des oeuvres particulièrement sensibles à la lumière (cf. tableau).

e) Les photographies en couleurs

La majorité des photographies en couleurs sont fragiles, aussi bien à la lumière que lorsqu'elles sont conservées dans l'obscurité. Ainsi, elles acquièrent avec le temps une dominante colorée. Tous les procédés ne présentent cependant pas la même aptitude à se dégrader, certains sont plus résistants à des expositions à la lumière et lors du stockage (Ilfochrome Classic, Ultrastable, etc.) Les plaques autochromes, premières photographies en couleurs sur plaques de verre, sont également fragiles.

f) Les expositions mixtes

Lorsque des photographies sont exposées parmis d'autre types d'¤uvres, il faut s'assurer que les conditions requises sont satisfaisantes pour les images photographiques, celles-ci étant classées parmis les matériaux les plus fragiles. Dans le cas contraire, et lorsque la nature de l'exposition le permet, on proposera d'exposer des copies.

Conclusion

L'application des règles énoncées ainsi que l'observation des précautions à prendre, paraîtront légitimes à ceux qui ont le sens du patrimoine et savent qu'une mise en valeur intelligente s'accommode toujours des exigences de la conservation. Une information judicieuse du public par les divers intervenants (publics ou privés) en fera comprendre la nécessité et admettre les contraintes.


Nous remercions Sibylle Monod pour l'aide qu'elle a apportée à la rédaction de ce document ainsi que Giulia Cucinella Briant et les membres du groupe de travail de la SFIIC pour leurs suggestions.

Séction Française de l'Institut International de Conservation.

Publié par : "Groupe Photographie" SFIIC, dans l'ECLIPSE n.° 1-1996

Anne Cartier-Bresson, Conservateur

Atelier de Restauration de Photographies de la Ville de Paris.

Bertrand Lavédrine, Ingénieur de Recherche

Sous-directeur du Centre de Recherche sur la Conservation des Documents Graphiques.

Bernard Marbot, Conservateur

Département des estampes et de la photographie Bibliothèque nationale de France.